LOADING

Créer une société…ou pas ? – JBE#3

Créer une société…ou pas ? – JBE#3

by Arnaud avril 05, 2020
créer une société ou pas ? Entrepreneur

C’est bon c’est parti ! Après plusieurs mois passés au sein de différents incubateurs, ma startup Le coin du guitariste est prête à être lancée. Bien évidemment, je me suis beaucoup penché sur le volet juridique pour mener à bien ma future activité.

Quel statut juridique pour une start up ?

J’ai lu beaucoup de choses sur le sujet des articles très théoriques et témoignages passionnants. Mais force est de constater que c’est une étape inévitable. Malgré le fait que j’ai été accompagné par le Louvre Lens Vallée, j’ai tenté de reporter plusieurs fois ma prise de décision car cela me détourner de ma volonté première : peaufiner mon projet et mon modèle économique. En réalité, l’aspect juridique me semblait pompeux et cette question m’a vraiment pris la tête !

Retrouvez un tableau de comparaison des différents statuts juridiques.

Je suis devenu une vrai girouette ! Dans un premier temps ma préférence se portait sur le statut SAS, puis la SARL (mais en réalité ces deux statuts sont vraiment très proches).

Je décide ensuite de botter en touche et de me tourner (par facilité ?) vers le statut d’auto-entrepreneur, plus souple, plus simple, moins risqué, le temps de tester mon activité… Finalement je me rends compte que ce statut n’est pas si intéressant pour l’activité principale que je souhaite mener au départ : l’achat-revente. Celle-ci impliquait un très gros chiffre d’affaire et peu de marge (monnaie courante dans la distribution d’instruments de musique). En déclarant mes cotisations à l’URSAFF sous ce format, je n’aurai quasi rien gagner. Retour au point de départ…

Comment choisir son statut juridique ?

Comme je l’ai évoqué, c’est une étape très importante dans la vie d’un entrepreneur. Régler le plus rapidement possible cette question car cela sera très important pour avancer sur l’aspect financier de la création (prévisionnel financier, business plan, modèle économique).

Il n’y a pas de recette magique en réalité. La meilleure des solutions étant de vous faire accompagner et conseiller par des gens qui ont plus de compétences et d’expériences sur le sujet (avocats et ou experts comptables).

Pour ma part j’ai eu pas mal d’ateliers sur le sujet lors de ma période d’incubation. Tous les intervenants m’ont conseillé de me poser les bonnes questions et de fixer le cadre de ma vie d’entrepreneur :

  • Vais-je m’associer ou démarrer seul ?
  • Quel montant de capital social pourrai-je mobiliser ?
  • Est-ce que je vais recruter ? Et quand ?
  • Est-ce que ma conjointe va avoir un rôle dans ma société ?
  • Quel statut du dirigeant ?
  • Comment je compte me payer ?

Ce sont ces professionnels qui vont vraiment trouver le statut et l’adapter à vos contraintes de dirigeants et aux contraintes de votre future activité.

Le statut que j’ai choisi

Alors ? Auto-entreprise, SAS, SARL ??….Et bien aucun des 3 !!!

Après une période de réflexion, j’ai listé un certain nombre de mes limites :

  • Je veux limiter les risques pour moi et ma famille
  • Je n’ai vraiment pas beaucoup d’apport personnel
  • Je vais évoluer dans un secteur d’activité qui n’a pas vraiment le vent en poupe
  • Faire appel à un avocat ou comptable coûte une certaine somme que je ne possède pas
  • Je ne veux pas prendre autant de risque financier sans tester l’activité

Je sais bien qu’entreprendre c’est prendre des risques, mais je ne veux pas sauter dans le vide sans parachute non plus ! J’ai donc opté pour une autre solution : une coopérative d’entrepreneur et le statut d’entrepreneur salarié. C’est en échangeant avec une entrepreneuse de mon incubateur (merci Nathalie 😉 ) que j’ai pu prendre connaissance de ce type de structure. Je vous détaillerai prochainement tous les avantages que j’ai pu dégager en intégrant la Coopconnexion de Lens.

Social Shares